Message d'erreur

Deprecated function : The each() function is deprecated. This message will be suppressed on further calls dans menu_set_active_trail() (ligne 2405 dans /home/dieteforad/www/includes/menu.inc).

Enfant anorexique : comment réagir ?

pomme anorexie

 

Le diagnostic s'abat brutalement : votre ado est anorexique. Le plus souvent, les parents n'ont rien vu venir, alors qu'il est capital de réagir au plus vite.

 

 

Un diagnostic délicat

 

L'anorexie touche surtout les jeunes filles et s'installe au moment de la puberté. Très souvent, l'élément déclencheur est anodin mais déclenche un complexe. Pour être comme les autres, l'adolescente mange alors de moins en moins. 

Au début, son entourage est fière de la voir réussir son régime. Elle est très bonne élève, studieuse, pleine d'énergie. Elle s'adonne au sport sans retenue (un excellent moyen de brûler les graisses !). 

 

Des signes masqués

 

Les subterfuges utilisés pour cacher la maladie sont parfaitement rodés. L'anorexique prétend (au choix) : qu'elle vient juste de grignoter - qu'elle a trop mangé au précédent repas - qu'elle n'a pas le temps car elle doit finir ses devoirs.

Elle sert les autres, fait des allers-retours à la cuisine, s'absorbe dans les conversations pour attirer l'attention ailleurs que sur son assiette. 

Elle dissimule de petits morceaux de nourriture sous une feuille de salade, sur les bords du plat ou dans une serviette en papier. Le chien de la maison bénéficie en cachette d'un surplus de nourriture. L'entourage se dit que l'enfant est serviable et bien élevé. "Oh, bien sûr, il a un appétit d'oiseau, mais il a de la chance de ne pas être gourmand !"

 

Attirer l'attention

 

Seul avec sa souffrance, l'anorexique attend qu'on s'intéresse à elle, à ce qu'elle est réellement. Donc prennez la entre quatre yeux et demandez lui ce qui ne va pas, si elle veut que vous l'aidiez. Certes elle vous enverra sur les roses mais elle verra que vous faîtes attention à elle. 

 

L'aider à en sortir

 

Face à l'anorexie, chacun est démuni. Il faut avant tout éviter les reproches ("Pourquoi tu nous fais ça ?")  ou le chantage déguisé ("Tu prends 1 kg et je t'achète un MP3").

Les adultes ne doivent pas craindre de discuter d'égal à égal, de parler d'eux-mêmes, de confier leurs propres craintes d'enfant, leurs émotions négatives, de prendre le risque d'essuyer des rebuffades et de toujours revenir à la charge. C'est ce qu'attend inconsciemment l'adolescent. Si la discussion s'avère impossible, on peut essayer d'écrire des lettres. Il faut montrer que l'on est sensible à sa douleur.

 

On ne sort pas des troubles du comportement tout seul. Mais, plutôt que d'envisager un entretien chez le psy, proposez dans un premier temps à votre enfant une consultation chez une diététicienne ou un nutritionniste.

 

Il faut que les personnes touchées parlent que ce soient les amis, les frères ou sœurs, au Fil santé jeunes qui est anonyme et gratuit.

 

Aux côtés de l'anorexique, les parents s'engagent dans une course de fond non pas pour le faire grossir mais pour le garder en bonne santé, afin qu'il puisse atteindre ses objectifs d'adolescent : étudier et sortir pour ne pas se couper de ses amis. Ce soutien est capital dans la guérison.

 

 

Les contacts pour vous soutenir

 

Fil santé jeunes : 0 800 235 236 (numéro gratuit).

SOS Anor : 01 34 90  23 54 (des anorexiques vous répondent).

La Note bleue : 0 892 70 12 36.